Frank Wootton (jockey)

Francis Leonard Wootton (14 December 1893 – 6 April 1940), known as “Frank” or “Frankie”, and sometimes referred to as “The Wonderboy”, was an Australian horse racing jockey who had great success as a teenager in the Edwardian era when he was British champion for four successive years.

He was born in Australia, the eldest son of Richard Wootton[], a “tall, dark-visaged, hard-bitten Australian”. His brother was Stanley, another jockey best way to tenderize beef, and later, trainer and jockey coach. The boys were subjected to a very strict regime during their youth; their father was determined they would become jockeys and allegedly denied them food.

Richard was sure Frank was ready to race ride from the age of 9, but Australian Jockey Club rules prohibited it. Thus, the Wootton family, together with another young prospective jockey, Bill “Midge” McLachlan, relocated to South Africa where age restrictions did not apply.

Frank was successful in South Africa immediately. His first victory was at Turffontein, still only aged nine, in October 1903. In fact, the two Wootton brothers, along with McLachlan, were, for a short time, to dominate South African racing. Briefly in 1906, the Woottons moved back to Australia, but Frank was still too young for a jockey’s licence, so the family relocated again to Epsom, Surrey in 1906, where Richard had plans to set up a jockey academy.

After the move to England, Wootton was quick to pick up where he had left off in South Africa, getting his first win aged just 13. In 1908, he rode seven winners at the St. Leger meeting. By the age of 16 he was the youngest-ever champion jockey, having also won his first classic, the The Oaks, on Perola. The next year he retained his title, having teamed up with what he considered the best horse he ever rode – the St. Leger and Eclipse winner Swynford. Now in his teens, he was showing what was called “miraculous dash and skill”. He mainly rode in the cerise waterproof boat bag, gold and blue silks of his father, or the pale blue and maize hoops of owner Edward Hulton.

Wootton retained the title in each of the next two years. By then though, he had grown and was beginning to struggle with his weight. He also had a motorbike accident on Epsom Downs, slightly fracturing his collarbone. Rumours of imminent retirement began to start circulating in 1912, accompanied by denials from Wootton himself. When he could meet the weight, though, he was still winning races. He rode 10 winners at Glorious Goodwood in 1911, seven winners at Royal Ascot in 1912 and in one particular week in August 1913, he rode eight consecutive winners.

By the end of 1913, however, the strain of keeping his weight down had become too much and Wootton all but retired. He took to training a few lower-grade horses but his burgeoning training career was curtailed by the advent of World War I during which he served with the British Expeditionary Force in Mesopotamia, where he managed to race as well.

Returning from the war, Wootton turned to National Hunt racing, where the requirement to meet low weights is less. It has been said that he did not make a success of this but earlier sources deemed him a brilliant rider over hurdles, who “took his place among the champions almost immediately”, albeit with an initial unfair advantage of a 5 lb allowance as a new jumps jockey.

In 1999, the Racing Post ranked Wooton as ninth in their list of the Top 50 jockeys of the 20th century.

Ultimately, he became a trainer, sending out over 100 winners from his father’s former yard. He returned to Australia in 1933, but he suffered continued illness, attributed to his race falls and to the wasting regime of his riding years. He began to drink and on 6 April 1940, was convicted of drunkenness. Later that day, whilst in jail, he suffered a traumatic epileptic fit and died. He was buried in a Catholic ceremony in Botany Cemetery.

Great Britain

South Africa

Great Britain

Share This:

Horiguchi Daigaku

Horiguchi Daigaku (jap. 堀口 大学; * 8. Januar 1892 in Tokio; † 15. März 1981) war ein japanischer Lyriker und Übersetzer.

Horiguchi begann seine Laufbahn als Autor von Tanka-Versen und trat 1909 der Shinshisha (Neue Poetische Gesellschaft) bei. Seit 1910 studierte er Literatur an der Keiō-Universität und veröffentlichte Gedichte im Universitätsjournal Mita Bungaku und in Subaru, der Zeitschrift der Shinshisha.

1911 ging er mit seinem Vater, einem Diplomaten, nach Mexiko und lebte in den folgenden vierzehn Jahren dort, in Belgien small waist bag, Spanien und Brasilien. Er lernte in der Zeit Französisch und interessierte sich insbesondere für die Werke der Symbolisten. 1919 veröffentlichte er zwei Gedichtbände: Gekkō to Pierrot (月光とピエロ, „Mondlicht und Pierrot“) und Pan no Fue (パンの笛, „Panflöte“).

Nach seiner Rückkehr nach Japan veröffentlichte er 1925 eine Sammlung von Gedichtübersetzungen unter dem Titel Gekka no ichigun (月下の一群) und gründete die Lyrikmagazine Pantheon und Orpheon waterproof floating bag. Später war er auch als Übersetzer französischer Lyrik sehr geschätzt, so der Gedichte von Paul Verlaine, Guillaume Apollinaire, Jean Cocteau und von Paul Morands Ouvert la nuit.

Share This:

NDUFA2




NADH dehydrogenase [ubiquinone] 1 alpha subcomplex subunit 2 is a protein that in humans is encoded by the NDUFA2 gene. The NDUFA2 protein is a subunit of NADH dehydrogenase (ubiquinone) women cocktail dresses, which is located in the mitochondrial inner membrane and is the largest of the five complexes of the electron transport chain. Mutations in the NDUFA2 gene are associated with Leigh’s syndrome.

The NDUFA2 gene is located on the long (q) arm of chromosome 5 at position 31.2 and it spans 2,422 base pairs. The NDUFA2 gene produces an 11 kDa protein composed of 99 amino acids. NDUFA2 is a subunit of the enzyme NADH dehydrogenase (ubiquinone), the largest of the respiratory complexes. The structure is L-shaped with a long, hydrophobic transmembrane domain and a hydrophilic domain for the peripheral arm that includes all the known redox centers and the NADH binding site. NDUFA2 is one of about 31 hydrophobic subunits that form the transmembrane region of Complex I. It has been noted that the N-terminal hydrophobic domain has the potential to be folded into an alpha helix spanning the inner mitochondrial membrane with a C-terminal hydrophilic domain interacting with globular subunits of Complex I. The highly conserved two-domain structure suggests that this feature is critical for the protein function and that the hydrophobic domain acts as an anchor for the NADH:ubiquinone oxidoreductase complex at the inner mitochondrial membrane bottled water in glass.

The human NDUFA2 gene codes for a subunit of Complex I of the respiratory chain, which transfers electrons from NADH to ubiquinone. NDUFA2 is an accessory subunit of Complex I that is believed not to be involved in catalysis but may be involved in regulating Complex I activity or its assembly via assistance in redox processes. Initially, NADH binds to Complex I and transfers two electrons to the isoalloxazine ring of the flavin mononucleotide (FMN) prosthetic arm to form FMNH2. The electrons are transferred through a series of iron-sulfur (Fe-S) clusters in the prosthetic arm and finally to coenzyme Q10 (CoQ), which is reduced to ubiquinol (CoQH2). The flow of electrons changes the redox state of the protein, resulting in a conformational change and pK shift of the ionizable side chain, which pumps four hydrogen ions out of the mitochondrial matrix yellow soccer socks.

Mutations in the NDUFA2 gene can result in Leigh’s syndrome, a severe neurological disorder that typically arises in the first year of life. One such mutation interferes with normal splicing patterns and results in exon 2 being skipped. This causes a reduction in Complex I activity and disturbs its assembly. The NDUFA2 mutation is also associated with the depolarization of the mitochondria.

NDUFA2 has many protein interactions, including interactions with other members of the NADH dehydrogenase [ubiquinone] 1 alpha subcomplex, other subunits of Complex I as well as with redox proteins. This may be due to its potential role in Complex I assembly and assistance in redox processes.

Share This:

G-code

G-code (også RS-274, EIA-274-D) findes i mange varianter og G-code er det mest anvendte navn for det mest udbredte og anvendte numerical control (NC) programmeringssprog. G-code bliver hovedsageligt anvendt indenfor computer-aided manufacturing til at styre automatiske maskinværktøj. G-code kaldes nogle gange for G programmeringssprog, men må ikke forveksles med LabVIEWs G programmeringssprog.

G-code er et sprog i hvilket folk får computeriserede maskinværktøj til at gøre noget hydration bottle thermos. “Hvordan” er defineret af instruktioner som instruerer, hvor der skal flyttes til, hvor hurtig der skal flyttes – og hvilken sti som skal følges. Den almindeligste situation er indeni et maskinværktøj, et skæreværktøjshoved flyttes ifølge disse instruktioner gennem en sti og skærer samtidig materiale væk og efterlader kun det færdige objekt sweater ball shaver. Det samme begreb kan udvides til ikke-skærende værktøjshoved såsom formende eller brændende/smeltende værktøjshoved, fotoplotning, additive metoder såsom 3D-printning og måleinstrumenter.

Den første implementation af det numeriske styringsprogrammeringssprog blev udviklet ved MIT Servomechanisms Laboratory i de sene 1950’ere. I de efterfølgende årtier, er mange implementationer blevet udviklet af mange (commercielle og ikke-commercielle) organisationer. G-code er ofte blevet anvendt i disse implementationer. Hovedstandardingsversionen som anvendes i USA blev lavet af Electronic Industries Alliance i de tidlige 1960’ere.[Kilde mangler] En endelig revision blev godkendt i februar 1980 som RS-274-D how do meat tenderizers affect meat; EIA-274-D. I andre lande, anvendes ofte standarden ISO 6983, men mange europæiske lande anvender andre standarder. For eksempel waterproof bag for camera, DIN 66025 anvendes i Tyskland – PN-73M-55256 og PN-93/M-55251 anvendes i Polen.

Udvidelser og variationer er blevet tilføjet uafhængigt af control-fabrikanter og maskinværktøj fabrikanter – og operatører af en specifik controller må være designet til forskellige fabrikanters produkter.

En standardiseret version af G-code, kendt som BCL, anvendes kun på nogle få maskiner.[Kilde mangler]

Gennem 1970’erne og 1990’erne, forsøgte mange CNC-maskinværktøjsbyggere at overvinde kompatibilitetsvanskeligheder ved at standardisere på maskinværktøj controllere bygget af Fanuc. Siemens var en anden markedsdominerende spiller indenfor CNC-control, specielt i Europa. I 2010’erne er controller forskellene og inkompatibiliteterne ikke så vanskelige, fordi maskinoperationer blev udviklet med CAD/CAM applikationerne, så disse kan udsende den rette G-code for et specifikt maskinværktøj.

Share This:

Kunstvliegen

Kunstvliegen of aerobatics (ook wel aerobatiek), een samenvoeging van de woorden aerial en acrobatics, is het maken van ingewikkelde figuren en bewegingen tijdens het vliegen, en is vaak zeer spectaculair.

Wat het schoonspringen in het water is en turnen op de grond, is kunstvliegen in de lucht. Daarom heet deze tak van sport ook Aerobatics, een samenvoeging van Aerial Acrobatics. Het is zonder twijfel de meest spectaculaire vorm van vliegen. Dit veilige kunstvliegen heeft echter niets met stuntvliegen te maken. Kunstvliegers voeren als het ware een ballet in de lucht uit en volgen daarbij een bepaalde choreografie.

In elke moderne luchtsport wordt aan kunstvliegen gedaan, zowel ongemotoriseerd als gemotoriseerd. Zo is het goed mogelijk om een looping en andere voltige-figuren te vliegen met een zweefvliegtuig, hangglider of parapente, dus zonder motorvermogen. Dit artikel beperkt zich in eerste instantie tot motorvliegen, mogelijk volgt hier op termijn nog een toevoeging voor andere vliegsporten.

Niet zomaar elk vliegtuig is geschikt om mee te gaan kunstvliegen; door de g-krachten die op het vliegtuig komen te staan moet het sterk gebouwd zijn. Bovendien moet er relatief veel motorvermogen beschikbaar zijn ten opzichte van het gewicht van het vliegtuig. De limieten van het vliegtuig (zowel qua maximumsnelheid als krachten die het aan kan) bepalen in welke categorie het mee kan komen. De beste moderne aerobaticsvliegtuigen hebben al gauw 300pk en zijn gecertificeerd van +10G tot –10G.

Bij kunstvliegen is de eerste prioriteit de veiligheid small stainless steel water bottle. Onder een brug door vliegen is geen kunstvliegen maar stuntvliegen.

Kunstvliegen is, net als kunstschaatsen of paardendressuur, een jury-sport: de vliegers doen één voor één hun best om de figuren zo netjes mogelijk te vliegen, en een jury houdt ze vanaf de grond in de gaten en geeft punten. Deze punten zijn afhankelijk van de figuren die gevlogen (moeten) worden, en van de nauwkeurigheid waarmee dit gebeurt.

Wedstrijden worden gevlogen in verschillende categorieën, afhankelijk van de ervaring en kunde van de vlieger en de (on)mogelijkheden van het vliegtuig waarmee gevlogen wordt.

Zoals de naam al zegt voor de beginnende kunstvlieger. In deze klasse worden nog geen al te hoge eisen gesteld aan vlieger en vliegtuig, het aantal te vliegen figuren is zeer beperkt.
Een geschikt vliegtuig voor deze klasse is bijvoorbeeld de Fuji.

Voor de iets meer gevorderde vlieger. Er worden meer figuren gevlogen, en ook aan de vliegtuigen worden hogere eisen gesteld. De (Super) Decathlon is een voorbeeld van een geschikt vliegtuig voor deze klasse.

Nog meer verschillende figuren. Vanaf dit niveau worden ook figuren gevlogen waarbij langere tijd met negatieve G-krachten gevlogen wordt. Hiervoor is een speciaal brandstof -en oliesysteem noodzakelijk om te voorkomen dat de motor zonder komt te zitten. Vanaf deze klasse kunnen alleen vliegtuigen die dat hebben, zoals de Pitts Special en de Cap 21, meedoen.

Nog moeilijkere figuren en langere programma’s dan bij intermediate. In deze klasse worden doorgaans dezelfde vliegtuigen gebruikt als in de intermediate-klasse.

De koningsklasse, alleen de besten van de besten met de beste vliegtuigen, zoals de Extra 300, Sukhoi of Edge 540. Deze klasse wordt in Nederland niet gevlogen.

Vanaf intermediate kunnen eigenlijk alleen gespecialiseerde vliegtuigen meedoen, zoals de Pitts Special.

Kunstvliegwedstrijden worden al sinds 1936 gehouden. Moderne aerobatics worden hoofdzakelijk gevlogen volgens het Aresti systeem, een notatiesysteem in 1961 gepubliceerd door de Spaanse Kolonel vlieger Mr brown football socks. José Luis Aresti.

Ook in de modelvliegtuigwereld worden wedstrijden gehouden, waarbij bepaalde figuren gevlogen moeten worden.

Share This:

Peters Lake (sjö i Kanada, Ontario, Sudbury)

Peters Lake är en sjö i Kanada. Den ligger i countyt Sudbury och provinsen Ontario, i den sydöstra delen av landet, 700 km väster om huvudstaden Ottawa. Peters Lake ligger 446 meter över havet. Arean är 1,2 kvadratkilometer meat pounder substitute. Den ligger vid sjöarna Lower Prairie Bee Lake Prairie Bee Lake Soretooth Lake och Windermere Lake. Den högsta punkten i närheten är 521 meter över havet, 1,0 km sydväst om Peters Lake. Den sträcker sig 2,4 kilometer i nord-sydlig riktning, och 1,5 kilometer i öst-västlig riktning.

I omgivningarna runt Peters Lake växer i huvudsak blandskog. Trakten runt Peters Lake är nära nog obefolkad, med mindre än två invånare per kvadratkilometer. Trakten ingår i den boreala klimatzonen. Årsmedeltemperaturen i trakten är 0 °C what tenderizes meat. Den varmaste månaden är augusti, då medeltemperaturen är 16 °C, och den kallaste är februari, med -17 °C. Genomsnittlig årsnederbörd är 1 208 millimeter. Den regnigaste månaden är oktober, med i genomsnitt 151 mm nederbörd glass beverage bottles with lids, och den torraste är februari, med 54 mm nederbörd.

Share This:

Xylophone

Le xylophone (des racines grecques xylo : bois et phon : son) est un instrument de musique à percussion, composé de lames en bois frappées accordées selon une échelle musicale qui dépend de l’époque et de la région du monde.

Dans la classification organologique de Hornbostel-Sachs, les xylophones sont des idiophones, plus précisément des lamellophones. Des xylophones différents et désignés par une variété de noms se trouvent en certaines régions de l’Afrique, en Asie du Sud-Est, en Europe, et en Amérique. Il s’en construit dans des tailles variant d’une trentaine de centimètres à plus d’un mètre cinquante. La disposition des lames est axiale ou transversale. Ils peuvent inclure des résonateurs, comme le balafon ouest-africain et le marimba bantou adopté en Amérique latine. La frappe se fait d’ordinaire avec une ou deux baguettes ou un bâton dans chaque main, mais ce n’est pas un élément de définition de l’instrument. Dans certaines traditions musicales, l’instrument se joue à deux, comme l’amadinda ougandais.

Dans la musique européenne, les xylophones, accordés selon un échelle pentatonique, heptatonique, diatonique ou chromatique, sont surtout représentés dans la musique populaire jusqu’au XIXe siècle. L’instrument acquiert ensuite une forme stable, avec lamelles disposées comme les touches d’un clavier. En musique classique, on utilise un instrument sans résonateurs ; avec résonateurs tubulaires accordés, on l’appelle souvent marimba, en référence à l’Amérique centrale. De nos jours, des fabricants remplacent le bois par un matériau composite.

On appelle populairement xylophones les petits glockenspiels, de forme identique mais à lames métalliques. Le glockenspiel et le vibraphone, qui a en plus des résonateurs tubulaires, se jouent de la même façon que le xylophone, avec un timbre très différent.

Les lames des xylophones sont constituées, comme l’étymologie du mot l’indique, de bois. Les essences utilisées sont le plus fréquemment le palissandre, noyer, érable, bois résineux ou le padouk d’Afrique. Récemment, des fabricants ont utilisé un matériau composite, la fibre de carbone ou la fibre de verre, mélangés ou non à des poudres de bois.

Les lames ont une surface suffisante pour ne pas avoir besoin, comme les cordes des instruments cordophones, d’une table d’harmonie ou d’une caisse de résonance, pour qu’on entende leur vibration. Elles sont fixées sans couplage à un châssis par de la ficelle, souvent avec des coussins en paille, ou bien suspendues par des cordes entrecroisées comme un tissu. Du point de vue mécanique, la lame est une poutre vibrant librement sous de nombreux modes non harmoniques. L’inharmonicité est d’autant plus prononcée que le bois a une réaction non-linéaire. Les lames sont coupées à une longueur déterminée par le plan de l’instrument, puis la note est ajustée pour correspondre au mode principal, en creusant la partie centrale. La faible durée de résonance et l’inharmonicité des modes de vibration ne permettent pas un accord très précis. Helmholtz explique le premier cette inharmonicité connue depuis longtemps. Selon le psychologue E.W. Scripture, le son isolé d’une lame n’est pas perçu comme une note, alors que la succession fait entendre une mélodie.

Le nombre des lames varie de trois à plusieurs dizaines.

En musique occidentale, la disposition des lames est le plus souvent semblable à celle d’un instrument à clavier comme le piano : la rangée de lames inférieure correspond aux notes naturelles de la gamme diatonique, et la rangée de lames supérieure compose les notes altérées de la gamme chromatique. En Afrique, la disposition des lames favorise souvent certaines séquences ; dans ce cas, elles ne sont pas disposées dans l’ordre des notes, mais pour favoriser l’exécution ces séquences. L’accord des xylophones non-européens a fait l’objet de nombreux travaux et controverses.

On frappe en général les lames au moyen de baguettes ou maillets terminées par une sphère en plastique ou en bois, couverte ou non de feutre, de cuir ou de caoutchouc. La nature de l’outil de percussion, plus ou moins dur et plus ou moins pointu, change notablement la sonorité de l’instrument.

Les résonateurs, quand il y en a, sélectionnent des partiels et allongent la durée du son. En Afrique, des timbres sont incorporés aux résonateurs, comme dans une caisse claire, pour enrichir le son par une vibration non harmonique.

Le xylophone est un instrument ancien, dont la présence est attestée au IXe siècle, en Asie du Sud-Est . Il est présent au XIVe siècle, en Afrique de l’Ouest (le Sosso bala, au Mali) et en Indonésie.

Certains voient dans le psithyre ou psythyra de la Grèce antique, un instrument lié au culte d’Aphrodite, un xylophone en forme d’échelle, d’une trentaine de centimètres, tenu par le montant et joué de l’autre main sur les barreaux ; cette interprétation se base sur un texte de Pollux et des représentations sculptées ou peintes ; mais la plupart des auteurs pensent qu’il s’agit d’un râcloir de bois football t shirts cheap.

La première trace certaine d’un xylophone dans la musique européenne remonte à 1511. Arnolt Schlick mentionne un registre « hŭltze glechter », c’est-à-dire claquebois – dans son Spiegel der Orgelmacher und Organisten. Ensuite, Martin Agricola présente dans Musica instrumentalis deudsch, (1528) un « Strohfiedel (de) » avec 25 lames, sur trois octaves diatoniques ; Michael Praetorius (Syntagma Musicum, 1619) parle et également de cet instrument. Marin Mersenne donne dans L’Harmonie universelle (1636) une description précise de xylophones de plusieurs sortes qu’il appelle claquebois, patouille, regale de bois et eschelettes. Ces descriptions se retrouvent dans les ouvrages postérieurs. La regale était un instrument à anches battantes, comme l’harmonica ; Mersenne décrit la regale de bois, populaire en Modèle:Page h-, un meuble semblable à l’épinette ayant un clavier de dix-sept touches sur deux octaves et une tierce, chacune des touches étant une mailloche frappant la lame de bois vers le haut et retombant par son propre poids. Fontenelle décrit identiquement le claquebois en 1732. L’échelette, de Turquie et d’ailleurs, est plus rudimentaire, on tient la petite échelle suspendue d’une main et on la frappe de l’autre. Mersenne précise que lorsqu’on en joue bien, il procure autant de plaisir que n’importe quel autre instrument[réf. souhaitée]. L’échelette, instrument populaire, apparaît au milieu du XVIIIe siècle sur la scène de l’Opéra. Dans certaines représentations, elle est fixée verticalement des épaules à un support à la ceinture et jouée des deux mains.

Bien que mentionné dans ces quatre traités, le xylophone n’est, en Europe jusqu’à la fin du XIXe siècle, qu’un instrument rudimentaire de musicien ambulant, ou un jouet. Il « n’apparaît que parmi les accessoires de fêtes populaires telles que les carnavals ; il est aussi l’attribut habituel de la mort dans les représentations de danses macabres », par exemple celle de Hans Holbein le Jeune. En 1852, l’instrument est encore mentionné dans Les Danses des morts de J.G. Kastner.

Au cours du XIXe siècle, des musiciens présentent des xylophones, qui sont en eux-mêmes une attraction. Le Polonais Josef Gusikov, qui suscita l’admiration de Mendelssohn et de Chopin et l’ironie de Liszt, avait un instrument de sa propre confection, qu’il appelait « harmonica de bois et de paille ». Le terme traduit mot à mot l’allemand « Holz und Stroh Harmonica », synonyme de « Strohfiedel », vielle de paille. Il suscita la perplexité et l’émerveillement. Gusikov mort prématurément, son compatriote Jacobwski Sankson reprend son spectacle. La France musicale commente : « [Il] s’est fait entendre dans plusieurs maisons [à Saint-Quentin] où son talent est apprécié. […] la rapidité des gammes, la volubilité des arpèges, l’éclat des notes aigües et la belle qualité des basses surpassent tout ce qu’on a pu entendre jusqu’ici dans ce genre. Il est difficile de croire que M. Sankson soit parvenu à tirer des sons aussi mélodieux d’un instrument composé tout simplement de vingt-quatre morceaux de bois de sapin, et de quatre rouleaux de paille, sur lesquels il frappe avec deux petites baguettes. Cela a tout l’air d’une plaisanterie, mais c’est bien réel ».

En 1866, le musicien Théodore Bonnay met au point un instrument et monte un spectacle avec son fils. Il invente le terme « xylophone » sports waistband. L’instrument est lancé, et huit ans plus tard, toute la presse l’identifie dans la Danse macabre de Saint-Saëns. L’ethnographie pourra se servir du terme pour décrire les xylophones exotiques.

En 1885 les « Concerts tyroliens » établissent la vogue du xylophone. Chromatique, sur deux octaves et une quarte, il est disposé comme un tympanon.

C’est vers cette époque que le xylophone de concert acquiert sa disposition reprenant celle du clavier chromatique sur deux à cinq octaves.

Des jeux de xylophone ont été intégrés à des instruments de musique automatiques (Wurlitzer). Les fabricants d’instruments de qualité, bénéficiant des progrès du calcul des lames pour obtenir une vibration plus harmonique, renforcée par des résonateurs tubulaires accordés, ont souvent préférer désigner leurs instruments comme marimba, ainsi qu’on l’appelle en Amérique centrale plutôt que comme « xylophone », comme les jouets pédagogiques ou et les instruments de groupes folkloriques.

On trouve des descriptions de xylophones dans les récits de voyageurs, diplomates et missionnaires dès le XIVe siècle, avec une certaine variété de formes et de noms. La plupart ont des résonateurs faits en calebasse et munis de timbres ; ils ont de quatre à plus de vingt lames, accordés suivant des échelles qui varient selon les régions et se jouent soit isolément, soit en ensemble. En Afrique de l’Ouest, la tradition orale fait remonter le Sosso bala à l’Empire du Mali, où Ibn Battuta a décrit son usage dans le chant de louange des griots.

Le capucin Cavazzi décrit le xylophone marimba au Congo vers 1670.

Au milieu du XIXe siècle, l’expansion coloniale française en Afrique de l’Ouest apporte de Casamance le mot balante « balafon », décrit comme une « espèce d’harmonica à lames de bois », qui servira longtemps en France pour désigner tous les xylophones à résonateurs africains, quelle que soit leur constitution et d’où qu’ils viennent.

À l’époque moderne, les xylophones à résonateurs en calebasse sont tellement associés à la musique africaine en général qu’ils ont fait l’objet d’invention de la tradition. Ils sont intégrés avec d’autres instruments, de régions où ils sont étrangers, dans des ensembles « panafricains », pour lesquels des partitions sont écrites. Au Zimbabwe, aucune des traditions musicales n’en utilisait. Le marimba, dans sa version transatlantique, qui ne prêtait à aucune accusation de préférence ethnique, a été transformé vers 1960, par un acte volontaire et collectif, afin de servir à la création d’une musique nationale. Ce marimba réintègre les timbres dans les résonateurs, et suit une échelle musicale européenne.

La traite négrière vers l’Amérique espagnole et portugaise exporte plusieurs sortes de xylophones, qui vont se mêler aux traditions européennes pour y constituer des instruments originaux, sous le nom marimba, d’origine bantoue. Au Brésil, ce mot désigne aussi un autre lamellophone, dérivé également d’un instrument bantou, le mbira, et, dans certaines régions, l’arc musical berimbau.

En Amérique centrale, du Chiapas à la Colombie, les musiciens ont notablement rapproché le marimba arrivé d’Afrique des instruments mélodiques européens. En remplaçant les résonateurs en calebasse suspendus sous les lames par des résonateurs tubulaires, quelquefois en bambou, puis en taillant ces résonateurs à la longueur de tuyaux d’orgue pour les accorder, ils ont augmenté la durée du son et renforcé les partiels harmoniques, le rapprochant ainsi des instruments à cordes européens, dont ils ont aussi adopté la forme et la disposition des notes. Le marimba en conserve un son distinctif et son caractère d’instrument de percussion joué avec des baguettes, mais il est chromatique et tient un rôle beaucoup plus mélodique.

Le marimba suit l’immigration latino-américaine aux États-Unis où il fait l’objet de recherches et de nombreux brevets. Le marimba modernisé tend à se séparer du xylophone, terme qui désigne désormais plutôt l’instrument sans résonateurs[réf. souhaitée].

En Colombie, des ensembles de marimba accompagnent la danse « currulao ». La musique de marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien ont été inscrits au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2010.

Les récits de voyageurs arabes et européens ainsi que les archives des pays de la péninsule indochinoise et des îles d’Asie du Sud-Est y attestent de la présence ancienne de xylophones richement décorés.

En Birmanie, Thaïlande et Laos, ils sont constitués d’une série de lames disposées au-dessus d’un résonateur global en forme de bateau. En Indonésie, ils exploitent la forme tubulaire des bambous. Les sections taillées à des longueurs différentes sont frappées directement.

Le kulintang a kayo philippin, avec moins de notes et sans résonateur, est attesté également depuis plusieurs siècles.

Parfois utilisé par contraste en alternance avec le vibraphone, dès le XIXe siècle, le xylophone aussi appelé marimba quand il a des résonateurs tubulaires, s’emploie dans les musiques classiques, traditionnelles, de salon, de cirque, puis dans la musique de film et de dessin animé.

L’instrument fait sa première apparition dans l’orchestre symphonique classique en 1874, dans la Danse macabre de Saint-Saëns où il illustre l’entrechoquement des os de squelettes humains qui dansent dans la nuit. Douze ans plus tard, en 1886, Saint-Saëns le réutilise dans Fossiles (Dinosaures, brontosaures, nabuchodonosors et autres trésors) douzième numéro du Carnaval des animaux. Par la suite, d’autres compositeurs classiques l’incluent dans leurs œuvres, comme Gustave Mahler dans sa 6e symphonie (1903-1904), Giacomo Puccini dans son opéra Madame Butterfly (1904), Richard Strauss dans Salome également un opéra (1905), Edward Elgar The Wand of Youth deux suites pour orchestre symphonique (1908), Claude Debussy dans le deuxième mouvement Ibéria des Images pour orchestre (1909) ou Igor Stravinsky dans son ballet L’Oiseau de feu (1909-1910).

Comme Saint-Saëns qui lui confie un « effet descriptif », proche du bruitage, les compositeurs utilisent le xylophone, particulièrement au théâtre musical, en raison de son inharmonicité, de sa différence avec les instruments respectables de l’orchestre symphonique. Ils suivent en cela Berlioz, qui écrit des instruments de percussion à sons mélodique qu’on en tire des « effets pittoresques et dramatiques ». Edmond Locard s’en émeut : « Chez Isidore de Lara ce vice s’exagère jusqu’au grotesque avec le rôle invraisemblable donné à la batterie, au glockenspiel, au tam-tam, au xylophone, à tout ce qui est bruyant, bizarre, exceptionnel, d’allure canaille et faubourienne ». Des appréciations moins explicites, mais aussi péjoratives, ont accompagné la plupart des introductions d’un instrument peu conforme à la Théorie de la musique, « qui donne des bruits plutôt que des sons » avant et après 1900. Puis, peut-être grâce à l’amélioration de l’instrument, il est plus apprécié, tout en conservant ses associations avec le folklore.

Au XXe siècle, les compositeurs inspirés par les traditions populaires tireront parti de formes distinctes de xylophones. Béla Bartók (Le Mandarin merveilleux, Musique pour cordes, percussion et célesta), travaillait à partir des musiques populaires d’Europe centrale (« Strohfiedel (de) ou Gygelyra ») ; Darius Milhaud (Concerto pour marimba et vibraphone) proposait des formes musicales inspirées par les cultures afro-américaines (xylophone et marimba).

Paul Hindemith, Maurice Ravel (Daphnis et Chloé), Michael Tippett, Olivier Messiaen (Sept haïkaï, Réveil des oiseaux), Pierre Boulez, Hans Werner Henze ou Carl Orff lui confieront des partitions, parfois difficiles d’exécution.

D’un instrument voué aux effets, joué par le percussionniste d’un orchestre symphonique, le xylophone est devenu plus banal et généraliste. Sa fabrication a évolué, et il fait l’objet d’un enseignement particulier. Des spécialistes ont adapté pour xylophone ou marimba des pièces du répertoire baroque ou classique.

Le xylophone, avec d’autres signes comme le vêtement ou le langage, sert de marqueur pour désigner une musique folklorique. Les instruments doivent être typiques d’Europe centrale, d’Amérique centrale, d’Afrique ou Asie du Sud-Est, correspondant à l’origine affirmée par le groupe. Toujours réputé primitif par rapport aux instruments modernes, le xylophone l’ancre dans une identité musicale, qui lui permet à la fois de se distinguer des autres formations de musique populaire qui cherchent à capter l’attention du même public, et de rapprocher son style des formes familières qu’attend ce public.

Dans cette fonction, l’instrument n’est que vaguement raccordé aux cultures qui l’ont cultivé. Le Strohfeidel joué autrefois au Tyrol et par les musiciens itinérants klezmers et tsiganes en Europe centrale justifie ainsi, parfois à la surprise de l’ethnomusicologue, des xylophones dans des orchestres de folklore russe, bavarois, tyrolien ou grecs ; ou bien le marimba au milieu des mariachis.

La musique légère a utilisé avec profusion le xylophone, dans les mêmes emplois que la musique classique. La musique pop le mélange à l’occasion aux guitares électriques. Sa sonorité s’imite à moins de frais aujourd’hui avec des registres « xylophone » ou « marimba » d’un orgue électronique.

La musique de cirque a aussi tiré parti du xylophone, parfois en soliste sur des compositions demandant beaucoup de virtuosité comme le Galop du Cirque Renz (« Errinerung an zirkus Renz », 1894), de Gustav Peter (de).

Les bandes originales de dessins animés comme ceux de Walt Disney (Fantasia) ou Tex Avery introduisent régulièrement le xylophone, soit instrument soliste, soit en accompagnement.

Des xylophones simples, allant du jouet à quatre lames à l’instrument diatonique d’une octave avec lames peintes de couleurs à suivre sur une partition simplifiée, servent fréquemment comme instrument d’initiation musicale des jeunes enfants et en musicothérapie notamment dans les écoles Montessori. Le xylophone faisait aussi partie de la pédagogie musicale de Carl Orff. Des instruments à lames amovibles sont notamment utilisés et permettent de simplifier les instruments pour les premiers contacts et l’apprentissage actif de la constitution d’un instrument de musique. Les instruments réduits à une lame servent aux premières expériences rythmiques. Selon l’intervalle des lames qu’on ajoute, la découverte s’oriente vers le perfectionnement du rythme, la mélodie ou l’harmonie.

Des pédagogies musicales pour enfants plus âgés utilisent aussi le xylophone comme instrument d’initiation.

Red Norvo, Ruth Underwood, Kurt Engel (de) Teddy Brown (en), Ralph Heid (de), Jean-Michel Davis de l’ensemble Les Primitifs du futur,

Beaucoup de vibraphonistes célèbres ont commencé par le xylophone ou jouent des deux instruments comme Fats Sadi et Lionel Hampton

L’ensemble musical Steve Reich and Musicians comme Bob Becker (membre fondateur du groupe), mais aussi Tim Ferchen, Russell Hartenberger, Garry Kvistad.

Trois des cinq musiciens du groupe de rock progressif britannique Gentle Giant jouaient entre autres de cet instrument (Kerry Minnear, John Weathers et Gary Green).

Sur les autres projets Wikimedia :

Share This:

Aiud

Aiud (Hongaars: Nagyenyed, Duits: Straßburg am Mieresch) is een stad in het Roemeense district Alba. De stad met 22.495 inwoners ligt aan de Mureș in het zuidwesten van de Transsylvanische Hoogvlakte. Aiud werd voor het eerst vermeld in 1293.

In Aiud bevindt zich een 13de-eeuwse burcht, waarbinnen zich de Hongaars gereformeerde kerk bevindt, waarvan de toren is voorzien van schietgaten en uit 1293 dateert. In de stad is sinds 1658 het beroemde gereformeerde Collegium Academicum gevestigd, dat in 1622 werd gesticht door vorst Gabriël Bethlen en diens naam draagt. Tegenwoordig is dit het belangrijkste Hongaarstalige instituut in het district Alba.

In Aiud worden onder andere bouwmaterialen lint removers clothes, textielproducten en levensmiddelen geproduceerd. Voor de Hongaarse gemeenschap van Alba is Aiud (Nagyenyed) het culturele centrum van de regio, de hoofdstad Alba Iulia kent ook een kleine Hongaarse gemeenschap maar deze is minder groot.

Aiud was in de geschiedenis lange tijd een vrijwel puur Hongaarstalige stad. Na het verdrag van Trianon en tijdens de Tweede Wereldoorlog verlieten veel Hongaren de stad. Tegenwoordig wonen er nog circa 3500Hongaren in Aiud. De etnische samenstelling van de bevolking is volgens de volkstelling van 2011 als volgt:

De gemeente Aiud bestaat uit de stad en tien dorpen waterproof case. Van de 10 dorpen zijn er vier onderdeel van het stedelijk gebied; Aiudul de Sus, Gâmbaș water proof bag, Măgina en Păgida upholstery shaver. De plattelandsdorpen zijn: Ciumbrud (Csombord) (0,81 km²), Sâncrai (0,65 km²), Gârbova de Jos (1,04 km²), Țifra (0,06 km²), Gârbova de Sus (0,52 km²) en Gârbovița (0,28 km²).

Inwoneraantallen

Steden met gemeentestatus: Alba Iulia · Aiud · Blaj · Sebeș
Steden zonder gemeentestatus: Abrud · Baia de Arieș · Câmpeni · Cugir · Ocna Mureș · Teiuș · Zlatna
Gemeenten: Albac · Almaşu Mare · Arieșeni · Avram Iancu · Berghin · Bistra · Blandiana · Bucium · Câlnic · Cenade · Cergău · Ceru-Băcăinți · Cetatea de Baltă · Ciugud · Ciuruleasa · Crăciunelu de Jos · Cricău · Cut · Daia Română · Doștat · Fărău · Galda de Jos · Gârda de Sus · Gârbova · Hopârta · Horea · Ighiu · Întregalde · Jidvei · Livezile · Lupșa · Lopadea Nouă · Lunca Mureșului · Meteș · Mihalț · Mirăslău · Mogoș · Noșlac · Ocoliș · Ohaba · Pianu · Poiana Vadului · Ponor · Poșaga · Rădești · Râmeț · Rimetea · Roșia de Secaș · Roșia Montană · Sălciua · Săliștea · Sâncel · Săsciori · Sântimbru · Scărișoara · Stremț · Șibot · Sohodol · Șpring · Șugag · Șona · Unirea · Vadu Moților · Valea Lungă · Vidra · Vințu de Jos

Share This:

Antaeotricha deltopis

Antaeotricha deltopis is a moth of the Depressariidae family. It is found in Guyana, French Guiana and Brazil.

The wingspan is 17-20 mm. The forewings are white, on the dorsal half faintly grey-tinged and with a dark fuscous oblique mark on the base of the costa, and another at one-fifth. There is a subtriangular dark fuscous blotch in the disc at one-fourth and a transverse dark fuscous mark on the end of the cell, as well as a dark fuscous mark on the middle of the costa thermos double wall water bottle, where an irregular dentate interrupted or partially obsolete fuscous line runs to four-fifths of the dorsum, excurved in the disc. A very faint greyish fascia is found between this and the termen best hydration pack for running women, becoming obsolete towards the costa. There is a series of dark fuscous marks around the posterior part of the costa and termen stainless steel thermos bottle, on the costa connected by pre-marginal fuscous dots. The hindwings are ochreous-whitish, tinged with grey on the dorsal half, the costal margin expanded from the base to two-thirds, with very long rough projecting hairscales, whitish above and dark grey beneath, and with projecting cilia before the apex, so as to appear excavated between these, and with a long subcostal pencil of whitish-ochreous hairs lying beneath the forewiugs.

Share This:

Aldrup

Koordinaten:

Aldrup ist ein Ortsteil der Stadt Wildeshausen im niedersächsischen Landkreis Oldenburg. Die 26 Einwohner zählende Bauerschaft liegt etwa 8 km südlich des Wildeshauser Stadtzentrums. Die Landesstraße 882 passiert die Ortschaft in ca. 1 km westlicher Entfernung. Der Denghauser Mühlbach, ein linker Nebenfluss der Hunte, verläuft am westlichen Ortsrand.

Aldrup ist ein Produktionsstandort des Unternehmens agrarfrost (Kartoffelprodukte).

Aldrup | Aumühle | Bargloy | Bühren | Denghausen | Düngstrup | Garmhausen | Glane | Hanstedt | Heinefelde | Hesterhöge | Holzhausen | Kleinenkneten | Lohmühle&nbsp sport store water bottle;| Lüerte | Pestrup | Spasche&nbsp thermos water bottle dial;| Thölstedt | Wildeshausen

Share This: